Batailles & Blindés
search

Batailles & Blindés HS n°44

Panzer en Normandie

Autopsie d'un gachis

Le 6 juin 1944, alors que les premiers GIs foulent les plages normandes, précédés par les parachutistes plus tôt dans la nuit, les deux camps se trouvent face à une des opérations les plus ambitieuses du second conflit mondial. Personne n’a jamais fait débarquer autant d’hommes sur un territoire aussi étiré, et la question du soutien (aérien et naval) est au centre des préoccupations… à juste titre. Il est le seul paramètre capable d’orienter l’opération vers le succès ou l’échec.

En savoir +

BBHS44
14,59 €
Disponible

Disponible également au format numérique tablettes et smartphones

Apple Store
Google Play

Le 6 juin 1944, alors que les premiers GIs foulent les plages normandes, précédés par les parachutistes plus tôt dans la nuit, les deux camps se trouvent face à une des opérations les plus ambitieuses du second conflit mondial. Personne n’a jamais fait débarquer autant d’hommes sur un territoire aussi étiré, et la question du soutien (aérien et naval) est au centre des préoccupations… à juste titre. Il est le seul paramètre capable d’orienter l’opération vers le succès ou l’échec.

Un temps leurrés par l’obstination de Hitler, les Allemands tentent de réagir pour repousser l’ennemi à la mer en jetant leurs divisions sur la tête de pont. Mais la campagne de Normandie est bien plus qu’un simple affrontement ou qu’une opération d’envergure : c’est aussi la confrontation de deux expressions de la guerre industrielle, dont les chars forment le fer de lance. Panzer IV, Panther et Tiger d’un côté contre Sherman, Cromwell ou Churchill de l’autre : la chevauchée à travers le bocage normand va mettre à mal la conception jusque-là établie de l’emploi du blindé.

Les Allemands vont prendre conscience de l’inadéquation de leurs matériels pour un combat à l’Ouest, tandis que les Alliés vont développer des contre-mesures pour pallier à la relative faiblesse de leurs chars. Les techniques d’emploi vont évoluer, les Allemands devant faire face à une aviation adverse omniprésente ; les deux mois de la campagne de Normandie vont donc être décisifs dans la modification profonde du comportement des unités blindés.